subscribe: Posts | Comments

Qu’est-ce qui vous cause un mauvais sommeil ?

0 comments
Qu’est-ce qui vous cause un mauvais sommeil ?

Bien dormir est essentiel pour votre santé physique et pour votre bien-être  émotionnel. Un sommeil troublé peut prendre un péage sur votre humeur, votre énergie et même sur vos performances scolaires ou professionnelles… Un bon sommeil est une nécessité, ce n’est pas un luxe. Vous trouverez dans cet article l’explication des sources et des remèdes à votre mauvais sommeil :

Qu’est ce qu’un mauvais sommeil ?

On dort, en moyenne, 8 heures par nuit. Ce sommeil permet à l’organisme d’effectuer plusieurs fonctions vitales et de reprendre ses forces après les avoir dépensées lors de vos activités de la journée, il est donc primordial de préserver ce moment précieux afin de garder sa santé. Pour que le corps puisse bénéficier de cet endormissement il faut qu’il soit réparateur, un sommeil est dit réparateur lorsque la personne ne se retrouve pas, à son réveil,  fatiguée comme elle l’était la veille… Dans le cas inverse c’est quand la personne a eu un mauvais sommeil.

Comprendre ce qu’est un  sommeil normal

C’est le sommeil qui comprend les 3 phases principales:

1-Le sommeil léger 

c’est la phase où la plupart de nos muscles se détendent et le cœur bat doucement que quand on est réveillé. La température du corps diminue et les vaisseaux superficiels se dilatent. C’est une étape de somnolence qui se caractérise par des bâillements et des picotements aux yeux et dure environ 20 minutes

2-Le sommeil lent profond 

elle est beaucoup plus longue que la phase du sommeil léger. Durant cette période, l’hypothalamus ordonne à la thyroïde de produire les hormones de croissance, ce qui signifie que la croissance des enfants se fait pendant la nuit, en ce qui concerne les adultes, le rôle de ces hormones consiste à réparer les cellules abîmées. Le sommeil lent profond est également le stade pendant lequel la ghréline et la leptine sont fabriquées par les intestins, ces substances servent à régler notre appétit. Cette période est marquée par une augmentation, dans le sang, du taux de glucide, de lipide et de protéine.

3-Le sommeil paradoxal 

occupe environ 20 à 25 % du temps total du sommeil. C’est la phase où l’activité cérébrale est plus intense, c’est le moment où le cerveau fixe les souvenirs et ce que l’on a fait la veille et c’est aussi la phase des rêves. Un cycle de sommeil se termine par la fin de la phase paradoxale, le cerveau donc reprend le contrôle des membres ce qui explique d’ailleurs les petits mouvements qu’on fait avant notre réveil.

L’alternance de ces 3 phases forme le « cycle de sommeil » sachant qu’une nuit de sommeil (6 à 8 heures de sommeil) comprend de 4 jusqu’à 6 cycles. 

Les principaux troubles du sommeil

On dit qu’une personne rencontre des problèmes de sommeil lorsqu’elle a du mal à dormir la nuit ou quand elle se fait réveiller plusieurs fois pendant la nuit. Ces difficultés de dormir peuvent affecter sa santé physique et mentale. Si vous souffrez, de façon occasionnelle ou régulière, d’un mauvais sommeil les nuit, dans ce cas vous devrez prendre des mesures mais pour le faire il va falloir déterminer d’abord le type de trouble de sommeil par lequel vous êtes concerné. Les plus fréquents sont :

1-L’insomnie

L’insomnie est le trouble du sommeil le plus fréquenté, elle touche près d’un quart des adultes. Ce phénomène correspond à la diminution de la qualité et de la quantité du sommeil qui devient donc « un sommeil non récupérateur ». Le hic est que ce sommeil se traduit par :

  • Des difficultés à trouver le sommeil
  • Des réveils nocturnes accompagnés par des difficultés à se rendormir
  • Un réveil très tôt le matin
  • Une sensation d’avoir un sommeil de mauvaise qualité
  • Des cauchemars et des idées noires
  • L’insomnie est associée le matin à une fatigue au réveil, une somnolence au cours de la journée, des problèmes de concentrations, des troubles de la mémoire, des bâillements, une sorte d’angoisse voire même une dépression.

L’insomnie peut s’exprimer sous deux formes :

A-Forme mineure

c’est quand on a juste l’impression d’avoir mal dormi sans autres conséquences et qu’elle réapparaît rarement sans qu’elle devienne un réel frein dans la vie quotidienne.

B-Forme sérieuse 

l’insomnie devient un cas sérieux lorsqu’elle se manifeste très fréquemment en rendant le dormeur très épuisé.

Les causes : 

  • Dans la majorité des cas, l’insomnie est due au stress, à l’anxiété ou à la dépression. L’insomnie est parfois le premier signe de la dépression.
  • L’insomnie peut être associée à des maladies telles que : le syndrome des jambes sans repos, le syndrome d’apnée du sommeil, des troubles de la thyroïdes…
  • Même quelques facteurs environnementaux comme : le bruit, les horaires décalés peuvent favoriser l’apparition de ce trouble du sommeil.      

2-La somnolence diurne excessive

Cette pathologie est méconnue et sous-diagnostiquée, pourtant elle est très répandue et représente un réel handicap au quotidien. La somnolence diurne excessive génère une envie de dormir très forte voire irrépressible durant des moments inappropriés de la journée… Elle est la responsable d’un tiers des accidents mortels sur les autoroutes.  Elle s’exprime par :

  • Un réveil dur malgré une bonne nuit de sommeil
  • Des endormissements involontaires au cours de la journée
  • Avoir la sensation d’être tout le temps mal réveillé
  • L’épuisement et la fatigue qui ne disparaissent pas même après une bonne sieste.

Les causes :

  • La cause principale de la somnolence diurne excessive est l’insuffisance de sommeil soit par : une privation volontaire de sommeil (le travail, l’internet…), par un environnement incompatible au sommeil ou par un quiproquo qui mène la personne à un décalage des périodes de sommeil et à des dettes de sommeil
  • Ce type de trouble de sommeil peut être un symptôme principal d’autres pathologies : la narcolepsie, le syndrome des mouvements périodiques
  • Elle est associée également à la dépression.

3-Le trouble du rythme circadien

Le trouble du rythme circadien se caractérise par un décalage du sommeil par rapport aux horaires habituels. Ce trouble est lié à un dysfonctionnement de l’horloge biologique, provoqué par :

  • Des facteurs externes : les horaires du travail, le « jet lag » …
  • Des facteurs internes :
  • le syndrome de retard de phase : un endormissement difficile et tardif, après 2h du matin. (il est fréquent chez les adolescents)
  • le syndrome d’avance de phase : lié à un sommeil et réveil matinal précoce.
  • Le rythme veille-sommeil irrégulier : un sommeil partagé en au moins 3 parties aussi bien le jour que la nuit. (on le trouve chez une personne avec un handicap cérébral)
  • Le syndrome hypernycthémeral : il est caractérisé par un décalage progressif des périodes de sommeil avec un réveil de plus en plus difficile.

Les causes :

  • Ce phénomène s’explique par un décalage de la sécrétion de la mélatonine, qui est l’hormone du sommeil responsable de la régulation des rythmes chrono-biologiques.
  • Les facteurs comportementaux : les habitudes de vie, l’exposition à la lumière. 

Comment traiter les troubles du sommeil ?

  • Changer le mode de vie : les insomnies passagères sont, dans certains cas, le résultat des mauvaises habitudes, pour ne pas tomber dans ce panier, il faut donc chasser les ennemis du sommeil, à commencer par : la diminution des excitants (café, alcool,..), l’exclusion des activités, qui nécessitent de l’énergie tant au niveau physique qu’intellectuel, avant l’heure de dormir… Sans oublier le rôle d’une bonne literie pour bien s’endormir.
  • Les psychothérapies : il existe, aujourd’hui, plusieurs types de thérapies pour soigner les troubles du sommeil, comme : la thérapie comportementale et cognitive et la psychanalyse.
  • Le suivi médical : il se vend sur le marché plusieurs médicaments pour traiter les problèmes liés au sommeil. Le traitement de l’insomnie par exemple dépend du trouble pour lequel elle est associée. Lorsque l’insomnie n’est liée à aucun trouble de sommeil, la prise des hypnotiques (somnifères) à courte durée, comme traitement, est suffisante.
  • Autres traitements : la relaxation est un bon moyen pour profiter d’une bonne nuit de sommeil, la luminothérapie qui est un soin, par exposition à la lumière, guérit les troubles du rythme circadien.

Des maladies qui agitent nos nuits !

Chez certaines personnes, un mauvais sommeil n’est pas le fruit de leur mauvaise hygiène de vie mais c’est du tout simplement dû à une maladie dont elles sont atteintes.

  • Les douleurs d’estomac : il s’agit d’une douleur cuisante située en dessous ou derrière le sternum. Ce désagrément est plus présent chez les femmes enceintes que chez les autres personnes.Les remontées acides empêchent le sommeil de s’installer et s’allonger sur lit aggrave la tension des brûlures. Vous pouvez vous épargner ce cauchemar en restant loin des aliments gras, du café, de l’alcool…
  • Le diabète : les personnes touchées par cette maladie chronique peuvent rencontrer des problèmes de sommeils en raison : du besoin fréquent d’uriner, des sueurs nocturnes et des mouvements nocturnes ou des douleurs si la maladie à endommagé les nerfs au niveau des jambes.
  • La maladie rénale : les gens qui ont cette maladie possèdent des reins abîmes et ils ne peuvent donc pas filtrer les liquides et éliminer les déchets. Ces déchets peuvent s’accumuler dans le sang et provoquer l’insomnie ou le syndrome des jambes sans repos et même après une dialyse ou une transplantation des reins,  ces troubles ne disparaissent pas. 
  • La maladie de la tyroïde : une hyperthyroïdie est capable d’engendrer des problèmes de sommeil. La thyroxine ou la triïodothyronine libres circulantes surexcitent le système nerveux ce qui rend le sommeil très dur. La personne touchée par cette maladie peut également souffrir des sueurs et des éveils nocturnes… La fonction thyroïdienne affecte tous les systèmes et les organes du corps, les symptômes sont donc vastes et difficiles à déchiffrer.
  • Les problèmes respiratoires : les désordres du rythme circadien dans le tonus des muscles qui entourent les voies respiratoires peuvent causer la contraction de ces voies durant la nuit et augmenter le risque des crises d’asthme nocturnes qui réveillent la personne brusquement. Même les gens qui souffrent d’une bronchite ou d’un emphysème sont souvent dérangés la nuit pendant leur sommeil à cause de la production excédentaire de crachats, de l’essoufflement et de la toux.

Bonus :

Les gens qui ne sont pas capables de profiter d’un bon sommeil sont exposés à  la dépression. Il y a des médicaments qui sont destinés à ce genre de situation,  ayant une action sur la quantité de sérotonine dans le corps… Parce qu’un niveau bas de sérotonine entraîne une dépression et des changements d’humeur. Il existe un autre moyen naturel et beaucoup plus bénéfique qui est le soleil ! L’exposition au soleil augmente de manière remarquable le niveau de ce neurotransmetteur dans l’organisme.

Vous avez pu connaitre, grâce à notre article, l’origine de vos problèmes de sommeil ? N’oubliez pas de nous transmettre vos feedbacks en commentaire et de partager notre article avec vos proches.

Dites-nous ce que vous en pensez :)